Japan’s ticking demographic time bomb

Insufficient gender equality lead to Japan’s fertility levels being way beyond replacement level. In Japan, it is more or less impossible for women to combine a professional career with having children. This will harm the socioeconomic equilibrium of the country.

20140626124207Evolution of the total fertility rate in Japan

An article recently published in Business Insider UK reveals:

The Japanese press has taken to calling it sekkusu shinai shokogun: celibacy syndrome.

Basically, the country just isn’t that interested in sex — and it could have huge effects beyond its borders.

The most recent evidence comes in a survey by the Japan Family Planning Association, reported on in the Japan Times.

A full 49.3% of respondents between the ages of 16 and 49 in the 1,134-person survey said they hadn’t had sex in the past month.

There was a minor gender variation:

  • 48.3% of men reported not having sex
  • 50.1% of women reported not having sex

According to Japan Times, both figures showed a 5% increase since two years ago.

Respondents gave a range of reasons as to why: 21.3% of married men and 17.8% married women cited fatigue from work, and 23% of married women said sex was “bothersome.” And 17.9% of male respondents said they had little interest (or a strong dislike) of sex.

Other research suggests even more extreme trends.

According to a 2011 report from Japan’s population center cited by Max Fisher at The Washington Post:

  • 27% of men and 23% of women aren’t interested in a romantic relationship
  • From ages 18 to 34, 61% of men and 49% of women aren’t involved in a relationship
  • From ages 18 to 34, 36% of men and 39% of women have never had sex

Experts say “the flight from human intimacy” in Japan comes from having a highly developed economy and high gender inequality. (According to the World Economic Forum, Japan ranks 104 out of 140 countries regarding gender equality, slotted between Armenia and the Maldives).

“Professional women are stuck in the middle of that contradiction,” Fisher writes. “It’s not just that day-care programs are scarce: Women who become pregnant or even just marry are so expected to quit work that they can come under enormous social pressure to do so and often find that career advancement becomes impossible. There’s a word for married working women: oniyome, or ‘devil wives.'”

That puts a squeeze on relational prospects for Japanese women. Fisher reports that women in their early 20s have a 25% chance of never marrying and a 40% chance of never having kids.

Japan’s birth rate hit a record low in 2014 at just over 1 million infants. When combined with 1.3 million deaths in the same year, that’s a deepening population crisis. According to Japan’s population institute, the overall population could dip to 107 million by 2040 — or 20 million lower than today.

At the same time, Japan’s population is shrinking and graying, setting up a “demographic time bomb” that could radiate out globally through the country’s Greece-level national debt and deep economic ties with China and the US.

The Japanese government has stepped in to help with the national trend against relationships: Prime Minister Shinzo Abe’s government wants 80% of fathers to take paternity leave, same as mothers taking maternity leave — while also increasing support for childcare. And one economist recommended a “tax on the handsome” to make geeky guys more attractive to women.

Different “demographic time bombs” are set to go off around the world: In China and India, the birthrates of boys have been outpacing those of girls for such a long time that a “marriage squeeze” is starting to hit both countries.

Source: Businessinsider 01/07/2015

Posted in English articles | Tagged , , , , | Leave a comment

Égalité homme-femme : un facteur clé de la politique familiale et sociale

Angela Greulich

Le gouvernement français a réaffirmé en juin 2013 que la politique devait favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes. La participation des femmes au marché du travail, leur carrière professionnelle et leur capacité à retrouver un emploi à la suite d’une maternité deviennent donc des objectifs explicites, non seulement de la politique de l’emploi et de la politique sociale, mais aussi et surtout de la politique familiale.

L’emploi féminin – un objectif transversal

Une plus grande participation des mères au marché du travail réduit non seulement les inégalités de revenus entre sexes, mais aussi entre familles de taille différente. La promotion de l’égalité professionnelle entre hommes et femmes vise à accroître l’indépendance économique des femmes et à susciter un partage plus équitable des tâches domestiques au sein du couple. En outre, des études récentes suggèrent que l’implication des deux parents auprès des enfants a des effets significatifs sur les résultats scolaires et le développement socio-émotionnel des enfants. Enfin, l’égalité homme/femme aurait même des impacts positifs sur la fécondité : Au sein des pays développés, le nombre moyen d’enfants par femme est plus élevé dans les pays où la participation des femmes au marché du travail est elle-même élevée (1). L’offre de garde d’enfants a des effets importants en facilitant à la fois la fécondité et l’emploi des femmes (2). Une meilleure conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale facilite donc l’emploi féminin et la fécondité. Le revenu supplémentaire apporté par la femme sécurise la situation économique du ménage et facilite ainsi l’agrandissement familial (3).

La France – un modèle phare ?

A cet égard, la France tient bien la comparaison avec ses pays voisins, notamment l’Allemagne. En Allemagne, la différence au niveau des heures de travail entre hommes et femmes, et entre femmes sans enfants et mères de famille, est bien plus marquée qu’en France. De plus, on observe en France une augmentation du taux de natalité ces dernières années, alors qu’en Allemagne il stagne à son niveau le plus bas (nombre d’enfants par femme : en France 2.1, en Allemagne 1.35). Les différences dans les domaines de l’emploi des femmes et des taux de fécondité entre l’Allemagne et la France suggèrent qu’en France, emploi et famille se concilient mieux qu’en Allemagne. L’Allemagne peut prendre exemple sur son voisin français dans bien des domaines. Outre la mise en place des structures de garde pour les enfants de tous âges et ouvertes toute la journée, des dispositions pour soutenir les femmes dans leurs ambitions professionnelles sont importantes. Elles permettent notamment de : faciliter aux mères le passage d’un emploi à temps partiel à un poste à temps plein, mettre un terme aux emplois à bas salaires sans protection sociale et de promouvoir les carrières professionnelles des femmes en fixant, entre autres, des règles de quotas au sein des entreprises. Pourtant, en comparaison avec des pays nordiques, la France présente un retard en ce qui concerne la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes sur le plan de la politique sociale, familiale et de l’emploi. Plusieurs mesures peuvent être envisagées. Elles consistent par exemple, à préconiser l’imposition individuelle des revenus en transférant le coût implicite des réductions d’impôts à des mesures favorisant la conciliation entre travail et vie familiale. L’une de ces mesures pourrait prendre la forme d’une réforme du congé parental : des congés plus courts et rémunérés proportionnellement aux salaires encourageraient l’activité des parents avant et peu après la naissance d’un enfant. Pour aller plus loin, une individualisation du droit aux congés faciliterait un partage plus égal entre partenaires. Pour favoriser ce partage, la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes ne doit cependant pas se cantonner à la politique familiale et doit, notamment, investir les politiques du marché du travail.

  • Luci-Greulich, O. Thévenon (2014): “Does economic development ‘cause’ a re-increase in fertility? An empirical analysis for OECD countries (1960-2007)”, European Journal of Population, Vol. 30, pp.187-221.
  • Luci-Greulich, O. Thévenon (2013): “The impact of family policy packages on fertility trends in developed countries.” European Journal of Population, Vol. 29 N° 4, pp.387-416.
  • Greulich, O. Thévenon, M. Guergoat-Larivière (2015): “Starting or enlarging families? The determinants of low fertility in Europe”. Travail en cours.
Posted in German & French articles | Tagged , , , , , , , , , | Leave a comment

The destructive effects of conflict on women and girls

Source: UN Women

Posted in English articles | Tagged , , , , , | Leave a comment

Sustainable development and gender equality – two objectives that are interdependent

Ahead of the International Day for the Eradication of Poverty on 17 October, UN Women released its new report, the World Survey on the Role of Women in Development 2014: Gender Equality and Sustainable Development. Charting the rationale and the actions necessary to ensure ground-breaking change, the flagship UN study asserts that any comprehensive sustainable development pathway cannot be achieved without an explicit commitment to gender equality, women’s rights and their empowerment. Coming on the heels of the UN Secretary-General’s Climate Summit in September, the World Survey 2014 provides an in-depth analysis of sustainable development issues, the challenges and the solutions, through a gender lens.

World Survey 2014 coverpage

Climate change has tremendous social, economic and environmental consequences. Its effects are being felt in floods, droughts, and devastated landscapes and livelihoods. Women and girls are among the most affected by these changes, given the precariousness of their livelihoods, and because they bear the burden of securing shelter, food, water and fuel, while facing constraints on their access to land and natural resources. As the global community grapples with the challenges of charting trajectories to sustainable development and in defining the Sustainable Development Goals, the World Survey 2014 emphasizes the centrality of gender equality to this endeavour.

The World Survey 2014, issued every five years, focuses this year on the theme of gender equality and sustainable development by examining a select range of issues that are fundamental to women’s lives and are strategic for achieving gender equality and sustainability. These include: patterns of growth, employment generation and the role of public goods; food production, distribution and consumption; population dynamics and women’s bodily integrity; and water, sanitation and energy.

The report uses three critical criteria to assess whether policy actions and investments towards sustainable development adequately address gender equality. These are: Do they support women’s capabilities and enjoyment of their rights? Do they reduce, rather than increase, women’s unpaid care work? And do they embrace women’s equal and meaningful participation as actors, leaders and decision-makers?

“Effective policy actions for sustainability must redress the disproportionate impact on women and girls of economic, social and environmental shocks and stresses. The World Survey 2014 is a thoughtful contribution to our understanding of how gender equality relates to sustainable development. This report will strengthen policy actors in different parts of the world – whether in government, civil society, international agencies or the private sector — towards more robust and effective policy measures and investments,” said UN Women Executive Director Phumzile Mlambo-Ngcuka.

The World Survey 2014 brings key analytical perspectives grounded in research that shows the deeply unsustainable directions of current patterns of production, consumption and distribution. The causes and underlying drivers of unsustainability and of gender inequality are deeply interlocked. Dominant development models that support particular types of underregulated market-led growth rely on and reproduce gender inequalities, exploiting women’s labour and unpaid care work. Similarly, they also produce environmental problems by overexploiting natural resources and generating pollution, further intensifying gender inequality as women and girls are often disproportionately affected by economic, social and environmental shocks and stresses. While international debate has brought these issues into the spotlight, policy responses still tend not to focus on achieving women’s human rights or gender equality.

The report makes concrete recommendations, calling on Member States to:

  • Develop and implement sustainable development policies that are in line with international norms and standards on gender equality, non-discrimination and human rights;
  • Ensure that macroeconomic policies create decent work and sustainable livelihoods and reduce inequalities based on gender, age, income and other contexts;
  • Promote decent green jobs and adequate wages for agricultural and informal workers, especially women, through labour market regulation and gender-responsive employment policies;
  • Ensure that sustainable population policies are grounded in sexual and reproductive health and rights, including the provision of universally accessible quality sexual and reproductive health services, information and education;
  • Ensure universal access to water, with a goal of reducing unpaid care work; to clean, private and safe sanitation for all women and girls that is responsive to gender-specific needs; and to efficient solid-fuel stoves or cooking technologies that use cleaner fuels and involve women in their design, testing and marketing.

The World Survey 2014 is a UN Secretary-General report mandated by the Second Committee of the UN General Assembly. Produced by UN Women, it was previously released by one of UN Women’s predecessor organizations, the Division of the Advancement of Women (DAW).

Source: UN Women: WORLD SURVEY ON THE ROLE OF WOMEN IN DEVELOPMENT 2014: GENDER EQUALITY AND SUSTAINABLE DEVELOPMENT

Posted in English articles | Tagged , , , , | Leave a comment

Politique familiale – Quel sera l’impact des nouvelles mesures?

English Version: Possible impacts of family policy reforms in France

Olivier Thévenon est l’un des responsables de l’unité de recherche démographie économique de l’Ined. Ses recherches portent sur notamment sur les politiques familiales des pays de l’OCDE et la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Il analyse les récentes propositions du gouvernement en matière de politique familiale.

Pour réduire le déficit de la branche famille de la Sécurité sociale, le gouvernement a présenté une série de mesures d’économie, notamment une modification du congé parental. Quelles sont les caractéristiques du système actuel ?

La France propose l’un des congés parentaux les plus longs d’Europe, avec une durée maximale de trois ans. Mais elle permet aussi de faire garder son enfant très tôt, dès trois mois, en crèche ou par une nourrice. Cette double possibilité est censée garantir un « libre choix » entre les différents modes de garde.

En réalité, ce choix est extrêmement contraint. Les familles plus aisées ont plus fréquemment accès à une garde à domicile ou en structure collective. Celles dont les revenus sont faibles (et où la femme a une position assez précaire sur le marché du travail) utilisent davantage le congé parental, souvent faute d’avoir obtenu une place en crèche. Autre caractéristique, le congé parental français, qui associe une durée longue et une allocation forfaitaire très faible, est presque exclusivement utilisé par des femmes (96 % des congés sont pris par les femmes), même si ce droit est ouvert aux deux parents. A l’inverse, les pays nordiques offrent plutôt un congé court, mais un niveau d’indemnisation proportionnel au salaire, ce qui est déterminant en matière d’égalité hommes-femmes. L’Islande, par exemple, octroie un congé parental de neuf mois, trois mois réservés à la mère, trois autres au père et les trois derniers partagés à la convenance du ménage, avec une allocation qui représentait encore 80 % du salaire avant la crise. Des pays comme l’Allemagne ont réformé leur système dans ce même esprit, ce qui a permis d’augmenter le nombre de jours de congés pris par les pères. Le Portugal se distingue par un dispositif assez innovant : c’est le seul pays où l’indemnisation est plus importante quand les deux conjoints prennent un congé.

Le projet du gouvernement, qui va partager la durée totale du congé parental entre les deux parents, va-t-il inciter plus de pères à en profiter ?

Je ne le crois pas car l’allocation reste la même : il manque le paramètre financier, qui est essentiel pour que les hommes prennent un congé excédant les quelques jours du congé paternité.

Je perçois même un risque d’appauvrissement, car les pères qui le feront seront probablement ceux des familles à bas revenus, dont la perte de rémunération sera comparativement plus faible. Les ressources de ces familles pourraient donc encore baisser. Sans compter le possible effet négatif du congé parental sur les parcours professionnels, en terme de salaires par exemple, qui fragilisera deux parents au lieu d’un.
La réforme pose un autre problème. Si le congé parental de la mère est raccourci, de trois ans à 18 mois, par exemple, et que le père n’utilise pas les mois qui lui sont réservés, cela permettra certes de réaliser des économies pour la branche famille. Mais il faut que, parallèlement, l’accueil de la petite enfance se développe. Or de lourdes incertitudes pèsent sur les objectifs de création de places en crèche, parce que leur coût augmente mais aussi que les premiers effets de la crise se font sentir sur l’engagement financier des communes. Entre une réduction du congé parental, dont je doute qu’elle modifie le comportement des pères, et un développement de l’accueil en crèche très incertain, je ne vois pas de réformes suffisamment avancées pour réellement permettre une meilleure conciliation entre travail et vie familiale.

L’ensemble de ces mesures marque-t-il une inflexion de la politique familiale française ? Peut-elle avoir un impact sur la fécondité, comme le dénoncent leurs détracteurs ?

S’il y a un effet, il ne jouera sans doute pas sur la naissance du premier enfant, ni même du deuxième, mais affectera peut-être la décision de faire le troisième. Mais ce qui a le plus d’impact dans une politique familiale, c’est surtout la façon dont elle est perçue, la confiance qu’elle suscite ou non chez les familles. Or, depuis 2013, il s’est passé beaucoup de choses, comme la réduction du quotient familial, le plan d’investissements sur l’accueil à la petite enfance… On assiste à une vraie reconfiguration de la politique familiale pour l’inscrire dans la politique sociale, à la façon des pays nordiques, avec un recentrage des dépenses vers les services d’accueil et un plus grand effort redistributif (augmentation des aides aux familles les plus défavorisées et diminution pour les plus aisées).

Paradoxalement, la méthode de réforme donne l’impression d’une navigation à vue, d’une simple logique de réduction des aides, sans cohérence ni vision à long terme. Il ne faut sans doute pas négliger l’effet que cela peut avoir sur la perception de la politique familiale. Enfin, on peut aussi s’interroger sur le choix de faire porter l’effort de réduction et de redistribution des aides familiales sur les seules familles, sans toucher par exemple au quotient conjugal.

Pour en savoir plus : Les politiques familiales en France et en Europe : évolutions récentes et effets de la crise (Olivier Thévenon, Willem Adema, Nabil Ali )

Posted in English articles | Leave a comment

Early child care – an effective instrument to reduce inequalities

It’s a grim fact of life in the United States: Children born into poor families are sicker and die earlier than their well-off counterparts, particularly from obesity-related diseases such as heart attack and stroke. Now, new data from a famous North Carolina study of early childhood education suggest that such disparities are not carved in stone. Children who grew up poor but participated in an intensive, 5-year day care program are significantly healthier in their mid-30s than similarly impoverished children who did not receive the same care, researchers report. The study provides rare experimental evidence that such programs can give poor children a better shot at living longer, healthier lives.

inatree0

Launched in 1972 at the University of North Carolina (UNC), Chapel Hill, the Carolina Abecedarian Project is one of the longest running studies on the benefits of early childhood education for low-income children. The original goal of the research was to see if it was possible to enhance IQ and school readiness among poor children at high risk of falling behind as they transitioned into grade school, says UNC Chapel Hill psychologist Frances Campbell, who joined the study decades ago as an evaluator. “No one could see anything wrong” with these infants, she says, “but then they’d get to school and fall flat.”
By posting notices in social service offices and low-income health clinics around Chapel Hill, researchers recruited families with 2-month-old babies for the study. The majority of the more than 100 infants that participated were African-American, mostly born to low-income mothers who had not graduated from high school. Many of the mothers had nowhere to send their children during the day while they worked, Campbell says.
All infants received nutritional supplements, basic social services, and access to health care. Half, however, were randomly assigned to attend a day care program near the Frank Porter Graham Elementary School, part of a child development research institute at UNC Chapel Hill. There, they received nearly constant attention from trained caregivers for 6 to 8 hours per day, 5 days per week. In addition to carefully supervised nutrition and medical care, the children were constantly picked up, played with, and talked to, Campbell says. Being one of the caretakers, she says, was “the best job you can imagine.”
The project was expensive: With a starting teacher-child ratio of about 1-to-3 in the nursery and 1-to-6 in the final year of instruction, the intervention ultimately cost about $70,000 a head over 5 years. Over time, however, the study began to yield encouraging results that led many to say the expense was justified. Once they reached school age, the children who had received the intervention consistently performed in reading and math about one grade level higher than the control group. By age 21, the education gap between the groups had widened further, affecting income status: The treated group was four times more likely to have graduated from college by age 21, for example, and roughly 30% more likely to be employed in a skilled job.
The success of the Abecedarian Project and several other similar experiments made most people think of early childhood education as an academic, rather than a health, intervention, says James Heckman of the University of Chicago in Illinois, a Nobel Prize-winning economist. Although there is “strong evidence” that education later in life promotes health, the link between health and education prior to age 4 to 5, when most children enter preschool, had not been widely explored, he notes. “Never does anybody say that such interventions are going to have a huge effect on the health care budget.”
For the new study, Campbell, Heckman, and colleagues hired a physician to examine all of the participants still left in the North Carolina trial, taking blood pressure and other measurements when they were in their mid-30s. (The physician was blind to whether the participants had been in the day care or not.) Because a large number of participants had dropped out of the study by that time, the team devised a series of stringent statistical tests to “kick the tires” and ensure their results were robust, he says.
Striking health differences emerged from the data, the team reports online today in Science. Most dramatic, in Heckman’s view, were differences in systolic and diastolic blood pressure among 12 men who had received the intense care and the 20 men who hadn’t. On average, the control group had stage 1 hypertension, which significantly increases risk of heart attack and stroke. In contrast, the average blood pressure for men who had been in the day care program as children was in the normal range.
In addition to high blood pressure, roughly a quarter of men in the control group also had “metabolic syndrome,” a constellation of symptoms including excess abdominal fat and high blood sugar, says health economist Gabriella Conti of University College London, who also contributed to the study. In contrast, “no one” in the treatment group had metabolic syndrome, she says.
The new study is “extremely solid,” and suggests that it is possible to prevent conditions such as obesity and heart disease in the poor, a population that has long been thought “impossible to reach,” says David Rehkopf, a social epidemiologist at Stanford University in California. That could have profound economic implications, Heckman says. Although it isn’t yet complete, Seong Moon, an economist at the University of Chicago, is conducting a cost-benefit analysis based on the new results that looks “quite promising,” Heckman notes.
The major unknown remains: why those who received the extra attention enjoy better health, says Heather Royer, an economist at the University of California (UC), Santa Barbara. Was it better nutrition and medical care, or simply that participants who went through the day care program make more money and enjoy better health care, for example? The researchers couldn’t tease out a clear reason because the day care program included so many components and involved such a small number of participants, Heckman says.
“We all sense that what happens in early childhood really matters for adult health,” but the challenge of conducting randomized, controlled studies to illustrate that makes evidence like this rare, says Nancy Adler, a psychiatrist at UC San Francisco and an expert on how socioeconomic status influences health. Despite spending more on health care than other countries, the United States has poorer health outcomes than other nations that spend less, she says. One reason for that may be that the United States underinvests in social services, especially during early childhood, and that we’re “paying the price later on” in consumption of health care services, she says. The new results from the Abecedarian Project do “argue for policy interventions in early childhood,” she says.
Still, although he considers the findings “amazing,” Bruce Link, an epidemiologist at the Columbia University Mailman School of Public Health in New York City, cautions that there’s no guarantee that the relatively small study will translate seamlessly into good policy. “Just knowing that this has a causal effect on health in this study doesn’t mean it would work out on a population level.”

Source: Sciencemag 03/2014, Emily Underwood

 

 

Posted in English articles | Tagged , , , , , , | Leave a comment

Chômage : l’apparente égalité entre femmes et hommes

Le Monde.fr | 07.03.2014

Alors que le taux de chômage des femmes était près de deux fois supérieur à celui des hommes en 1975, l’écart semble aujourd’hui s’être complètement réduit, le taux de chômage atteignant 10,5% pour les femmes comme pour les hommes fin 2013 (Insee). On peut cependant s’interroger sur sa pertinence pour analyser les inégalités entre femmes et hommes face à l’emploi. Ce questionnement est d’autant plus nécessaire que le choix des indicateurs statistiques pour analyser le marché du travail oriente les politiques publiques. La focalisation sur le taux de chômage en tant que principal indicateur du marché du travail pose donc problème, en particulier quand il s’agit d’analyser les situations comparées des femmes et des hommes et d’envisager des solutions adaptées aux unes et aux autres.

Si leurs taux de chômage se sont indéniablement rapprochés en même temps que le chômage augmentait au cours des dernières décennies, d’autres indicateurs statistiques complémentaires mettent néanmoins évidence les inégalités subsistant entre femmes et hommes sur le marché du travail en France. Rappelons tout d’abord que le taux d’emploi des femmes est de 60,2% alors qu’il s’élève à 68,1% pour les hommes. L’écart se creuse encore si on considère le taux d’emploi en équivalent temps complet, restant à un niveau très proche pour les hommes (66,2%) ce taux chute fortement pour les femmes, pour atteindre seulement 53,4%, témoignant ainsi de la très forte proportion de femmes travaillant à temps partiel. Par ailleurs, les femmes sont surreprésentées dans certaines catégories de demandeurs d’emploi : ceux qui recherchent un emploi tout en exerçant une activité réduite (catégories B et C de Pôle Emploi). Or la plupart de ces demandeurs d’emploi qui recherchent un emploi de meilleure qualité ne sont pas comptabilisés dans les statistiques usuelles du chômage (que ce soit le chômage au sens du BIT ou la catégorie A de Pôle Emploi). Les difficultés de ces femmes sur le marché du travail sont donc de ce fait moins visibles dans le débat public.

Enfin, et c’est là un élément fondamental, les femmes sans emploi sont majoritairement « inactives » c’est-à-dire qu’elles ne se positionnent pas sur le marché du travail par la recherche d’emploi. Plus précisément parmi les femmes âgées de 25 à 49 ans n’occupant pas un emploi, deux tiers sont « inactives » et un tiers chômeuses. Ainsi, contrairement aux hommes, les femmes sans emploi sont plus souvent « inactives » que chômeuses. A l’inverse des hommes, cette « inactivité » est fortement liée pour les femmes à la présence d’enfants. Ces femmes peuvent faire le choix de ne pas se présenter sur le marché du travail notamment pour s’occuper de leur famille, les normes familiales mais aussi la crise de l’emploi pouvant directement ou indirectement favoriser ce choix. Néanmoins, certaines personnes « inactives » souhaitent travailler mais ne sont pas considérées comme au chômage car elles ne sont pas rapidement disponibles pour occuper un emploi ou n’ont pas fait de démarche de recherche d’emploi récemment : c’est ce qu’on appelle le halo du chômage. Et sans surprise, les femmes sont à nouveau fortement surreprésentées dans ce halo du chômage par rapport aux hommes.

Ainsi la focalisation sur le taux de chômage pour illustrer les difficultés du marché du travail masque les inégalités persistantes entre femmes et hommes face à l’emploi. Des freins spécifiques à l’emploi des femmes subsistent et ce malgré l’élévation de leur niveau de formation. Problèmes de modes de garde des enfants, prise en charge des parents dépendants, et donc moindre mobilité, mais aussi non reconnaissance de certaines compétences l’accompagnement dans l’emploi des femmes demande des politiques de l’emploi, des politiques familiales et de la dépendance sensibles à l’égalité entre femmes et hommes. Mais comment mener cette sensibilisation aux inégalités entre femmes et hommes, si l’indicateur le plus utilisé masque les spécificités de la situation d’emploi des femmes ?

Mathilde Guergoat-Larivière et Séverine Lemière sont aussi co-auteures du rapport L’accès à l’emploi des femmes, une question de politiques, remis à la ministre des droits des femmes en décembre 2013.

Posted in English articles | Leave a comment

Does Economic Advancement ‘Cause’ a Re-increase in Fertility?

In a recently published article in European Journal of Population, researchers Olivier Thévenon and Angela Greulich empirically investigate the correlation between fertility and economic development in OECD countries (1960-2007).

In the light of the recent reversal of fertility trends in several highly developed countries, they find that the strong negative correlation between GDP per capita and fertility does no longer hold for high levels of per capita economic output; the relation instead seems to turn into positive from a certain threshold level of economic development on. Survival of an inverse J-shaped association between GDP per capita and fertility is found when controlling for birth postponement, omitted variable bias, non-stationarity and endogeneity. However, gaps between actual and predicted fertility rates show implicitly the importance of factors influencing fertility above and over per capita income. By decomposing GDP per capita into several components, female employment is identified as co-varying factor for the fertility rebound that can be observed in several highly developed countries. Pointing out to important differences with regard to the compatibility between childbearing and female employment, the results suggest that fertility increases are likely to be small if economic development is not accompanied by institutional changes that improve parents’ opportunities to combine work and family life.

Présentation1

Source:

A. Luci-Greulich, O. Thévenon (2014): “Does economic development ‘cause’ a re-increase in fertility? An empirical analysis for OECD countries (1960-2007)”, European Journal of Population,  online version January 2014 (doi: 10.1007/s10680-013-9309-2).

 

Posted in English articles | Tagged , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

De graves inégalités hommes-femmes dans la recherche mondiale

Par Pierre Barthélémy

Commençons par une anecdote. En septembre 2012 paraissait dans les Proceedings de l’Académie des sciences des Etats-Unis un article relatant une expérience dont les cobayes étaient… des chercheurs américains dans les domaines de la biologie, de la chimie et de la physique. L’objectif consistait à déterminer si, dans le monde académique, existait un biais, un a priori défavorable envers les étudiantes, les jeunes femmes sur le point de commencer une carrière dans la recherche. Pour cette expérience, plus de 120 scientifiques (hommes et femmes) reçurent le dossier d’un candidat à un poste de chercheur. Ils ignoraient que le candidat n’existait pas en réalité et que le CV avait été élaboré de toutes pièces, de manière à être bon, mais pas trop.

Ils devaient évaluer la compétence du candidat, dire s’ils l’embaucheraient ou pas, à quel niveau de salaire, et l’aide qu’ils comptaient lui apporter dans son travail. Dans la moitié des dossiers, le candidat s’appelait John et, dans l’autre moitié, son prénom était Jennifer. Un procédé classique dans l’étude des discriminations. Résultat : à CV et lettre de motivation identiques, Jennifer a été jugée moins compétente que John, et donc moins susceptible de mériter le poste. Y serait-elle parvenue qu’elle aurait bénéficié d’un salaire inférieur et d’un accompagnement moins important. Ironie de l’histoire, en moyenne, les personnes les plus sévères pour la candidate étaient… les chercheuses et non pas leurs homologues masculins.

Evidemment, d’une étude portant sur quelque 120 universitaires américains on ne peut tirer une généralisation pour toute la science mondiale. C’est pour cette raison qu’une équipe américano-canadienne s’est lancée dans une évaluation de grande ampleur des inégalités hommes-femmes dans la recherche, dont les résultats ont été publiés par Nature le 11 décembre 2013. Pour ce faire, elle a analysé près de 5,5 millions d’articles scientifiques publiés entre 2008 et 2012, qui totalisaient plus de 27 millions de signatures venant de quasiment tous les pays du monde. On peut en effet apprendre beaucoup de la simple liste des signataires qui figure en début de toute étude. Il y a d’abord la position dans la liste. Par convention, le premier auteur est celui qui a conçu et mené l’étude, son principal contributeur. Il s’agit souvent (mais pas toujours) de jeunes chercheurs. A l’inverse, le dernier auteur est généralement plus âgé puisque cette place est réservée aux chercheurs qui, dirigeant des unités de recherche ou des laboratoires, ont “guidé” le travail. La liste des auteurs et de leurs affiliations permet aussi de déterminer s’il s’agit ou non d’une collaboration internationale ou d’une étude donnant les résultats d’un programme impliquant de très grands équipements scientifiques.

De cette énorme recherche bibliométrique plusieurs enseignements majeurs sont apparus, qui confirment l’existence de discriminations importantes envers les femmes dans la recherche mondiale, alors qu’on aurait naïvement pu espérer que la science, faite par une collectivité éduquée et éclairée, était moins susceptible de verser dans ces travers. Premier enseignement, alors que, selon l’OCDE, dans de nombreux pays, la majorité des diplômés à l’université sont des jeunes femmes, ce sont les hommes qui dominent largement la production scientifique dans la plupart des pays, et notamment dans les pays les plus influents, les plus performants et les plus prolifiques en science. L’étude fournit une carte (à laquelle vous pouvez accéder par ce lien) indiquant, pays par pays, le ratio femme/homme dans les publications ainsi que le nombre d’études publiées.

La parité impliquerait un ratio de 1 mais on en est loin pour les plus gros contributeurs à la science mondiale, le top 5 constitué par les Etats-Unis (ratio de 0,428), la Chine (0,357), le Royaume-Uni (0,419), l’Allemagne (0,334) et le Japon (0, 194 !). La France fait un peu mieux, avec un ratio de 0,506, sans que cela soit extraordinaire. C’est en Amérique du Sud et dans les pays de l’ex-bloc de l’Est que l’on s’approche le plus de la parité. Quelques exemples : Brésil (0,678), Argentine (0,915), République tchèque (0,871), Roumanie (0,951), Ukraine (1,161). Pour le dire autrement et crûment, les femmes sont plus susceptibles de jouer un grand rôle dans la science dans les pays qui n’ont pas une place importante dans la recherche mondiale.

Voilà pour les données brutes. Si on entre un peu dans les détails, on s’aperçoit par exemple que, pour 1 article dont le premier auteur est une femme, on a presque deux fois plus (1,93) d’études dont l’auteur principal est un homme. Autre résultat très significatif : quand des femmes parviennent à publier des articles dans une “position déterminante” (seul auteur, premier auteur ou dernier auteur), ceux-ci reçoivent par la suite moins de citations que lorsque des hommes figurent dans ces positions privilégiées.

Gender-chart

        Image source: www.nature.com

On s’aperçoit également que les femmes ont du mal à obtenir ces places de choix dans les grands programmes scientifiques internationaux et qu’elles pâtissent d’un déficit de citations à l’étranger. Or les auteurs font remarquer à juste titre que “étant donné que les citations jouent désormais un rôle central dans l’évaluation des chercheurs, cette situation ne peut qu’accentuer les inégalités entre les sexes”, en ralentissant les carrières des chercheuses et en renforçant le fameux “plafond de verre”.

Autre confirmation de cette étude : un certain nombre de clichés socio-culturels se retrouvent dans la recherche. Les femmes sont ainsi plus présentes dans les domaines scientifiques liés aux soins et à la relation aux autres : médecine, sciences du langage ou de l’éducation. A l’inverse, les hommes dominent les sciences de l’ingénieur, la robotique, l’aéronautique, les mathématiques, la physique des hautes énergies. Pour caricaturer, c’est un peu comme si, même grands, les garçons devaient continuer à jouer aux voitures et aux vaisseaux spatiaux et les filles à la poupée. De nombreuses enquêtes ont montré que l’image de la science était essentiellement masculine et c’est un préjugé tenace.

En plus du sexisme (on se souvient de ce clip ridicule et déplorable de la Commission européenne pour inciter les jeunes filles à travailler dans la recherche, teinté en rose et plein de rouge à lèvres et de vernis à ongles…), une des raisons principales qui expliquent ces grands déséquilibres tient à l’accès des femmes à l’univers de la recherche, car les diplômées en sciences ne font pas automatiquement des chercheuses. En 2007, un rapport de l’Unesco notait que dans seulement 17 % des pays du monde, les effectifs féminins dans la recherche équivalaient à ceux des hommes. Les auteurs de l’article de Nature font remarquer qu’ils décrivent, eux, un tableau “plus sinistre encore : moins de 6 % des pays représentés dans Web of Science (qui regroupe plusieurs bases de données sur la production scientifique mondiale, NDLR) s’approchent de la parité en termes d’articles publiés”. Pour terminer, je ne peux que reprendre la conclusion de cette étude : “Chaque pays devrait attentivement identifier les micro-mécanismes qui contribuent à reproduire ce schéma ancien. Aucun pays ne peut se permettre de négliger les contributions intellectuelles de la moitié de sa population.”

Source:  Blog du Pierre Barthélémy, journaliste au Monde, 22/12/2013

Posted in English articles | Leave a comment

Segregration of children into feminine and masculine – the role of toys

This little girl is holding a LEGO set. The LEGOs are not pink or “made for girls.” She isn’t even wearing pink. The copy is about “younger children” who “build for fun.” Not just “girls” who build. ALL KIDS.

1

In an age when little girls and boys are treated as though they are two entirely different species by toy marketers, this 1981 ad for LEGO  issues an important reminder.

To contrast, here’s an image of a LEGO Friends set — a line made specifically for girls in 2011: 

2

Unfortunately, LEGO is not the only brand that has become increasingly girly over the years.  My Little Pony, Cabbage Patch Kids, and even Trolls have undergone extreme makeovers. Take a look for yourself: Sociological images – the societypages 

Source: The Huffingtonpost 17/01/2014

Posted in English articles | Tagged , , | Leave a comment