Early child care – an effective instrument to reduce inequalities

It’s a grim fact of life in the United States: Children born into poor families are sicker and die earlier than their well-off counterparts, particularly from obesity-related diseases such as heart attack and stroke. Now, new data from a famous North Carolina study of early childhood education suggest that such disparities are not carved in stone. Children who grew up poor but participated in an intensive, 5-year day care program are significantly healthier in their mid-30s than similarly impoverished children who did not receive the same care, researchers report. The study provides rare experimental evidence that such programs can give poor children a better shot at living longer, healthier lives.

inatree0

Launched in 1972 at the University of North Carolina (UNC), Chapel Hill, the Carolina Abecedarian Project is one of the longest running studies on the benefits of early childhood education for low-income children. The original goal of the research was to see if it was possible to enhance IQ and school readiness among poor children at high risk of falling behind as they transitioned into grade school, says UNC Chapel Hill psychologist Frances Campbell, who joined the study decades ago as an evaluator. “No one could see anything wrong” with these infants, she says, “but then they’d get to school and fall flat.”
By posting notices in social service offices and low-income health clinics around Chapel Hill, researchers recruited families with 2-month-old babies for the study. The majority of the more than 100 infants that participated were African-American, mostly born to low-income mothers who had not graduated from high school. Many of the mothers had nowhere to send their children during the day while they worked, Campbell says.
All infants received nutritional supplements, basic social services, and access to health care. Half, however, were randomly assigned to attend a day care program near the Frank Porter Graham Elementary School, part of a child development research institute at UNC Chapel Hill. There, they received nearly constant attention from trained caregivers for 6 to 8 hours per day, 5 days per week. In addition to carefully supervised nutrition and medical care, the children were constantly picked up, played with, and talked to, Campbell says. Being one of the caretakers, she says, was “the best job you can imagine.”
The project was expensive: With a starting teacher-child ratio of about 1-to-3 in the nursery and 1-to-6 in the final year of instruction, the intervention ultimately cost about $70,000 a head over 5 years. Over time, however, the study began to yield encouraging results that led many to say the expense was justified. Once they reached school age, the children who had received the intervention consistently performed in reading and math about one grade level higher than the control group. By age 21, the education gap between the groups had widened further, affecting income status: The treated group was four times more likely to have graduated from college by age 21, for example, and roughly 30% more likely to be employed in a skilled job.
The success of the Abecedarian Project and several other similar experiments made most people think of early childhood education as an academic, rather than a health, intervention, says James Heckman of the University of Chicago in Illinois, a Nobel Prize-winning economist. Although there is “strong evidence” that education later in life promotes health, the link between health and education prior to age 4 to 5, when most children enter preschool, had not been widely explored, he notes. “Never does anybody say that such interventions are going to have a huge effect on the health care budget.”
For the new study, Campbell, Heckman, and colleagues hired a physician to examine all of the participants still left in the North Carolina trial, taking blood pressure and other measurements when they were in their mid-30s. (The physician was blind to whether the participants had been in the day care or not.) Because a large number of participants had dropped out of the study by that time, the team devised a series of stringent statistical tests to “kick the tires” and ensure their results were robust, he says.
Striking health differences emerged from the data, the team reports online today in Science. Most dramatic, in Heckman’s view, were differences in systolic and diastolic blood pressure among 12 men who had received the intense care and the 20 men who hadn’t. On average, the control group had stage 1 hypertension, which significantly increases risk of heart attack and stroke. In contrast, the average blood pressure for men who had been in the day care program as children was in the normal range.
In addition to high blood pressure, roughly a quarter of men in the control group also had “metabolic syndrome,” a constellation of symptoms including excess abdominal fat and high blood sugar, says health economist Gabriella Conti of University College London, who also contributed to the study. In contrast, “no one” in the treatment group had metabolic syndrome, she says.
The new study is “extremely solid,” and suggests that it is possible to prevent conditions such as obesity and heart disease in the poor, a population that has long been thought “impossible to reach,” says David Rehkopf, a social epidemiologist at Stanford University in California. That could have profound economic implications, Heckman says. Although it isn’t yet complete, Seong Moon, an economist at the University of Chicago, is conducting a cost-benefit analysis based on the new results that looks “quite promising,” Heckman notes.
The major unknown remains: why those who received the extra attention enjoy better health, says Heather Royer, an economist at the University of California (UC), Santa Barbara. Was it better nutrition and medical care, or simply that participants who went through the day care program make more money and enjoy better health care, for example? The researchers couldn’t tease out a clear reason because the day care program included so many components and involved such a small number of participants, Heckman says.
“We all sense that what happens in early childhood really matters for adult health,” but the challenge of conducting randomized, controlled studies to illustrate that makes evidence like this rare, says Nancy Adler, a psychiatrist at UC San Francisco and an expert on how socioeconomic status influences health. Despite spending more on health care than other countries, the United States has poorer health outcomes than other nations that spend less, she says. One reason for that may be that the United States underinvests in social services, especially during early childhood, and that we’re “paying the price later on” in consumption of health care services, she says. The new results from the Abecedarian Project do “argue for policy interventions in early childhood,” she says.
Still, although he considers the findings “amazing,” Bruce Link, an epidemiologist at the Columbia University Mailman School of Public Health in New York City, cautions that there’s no guarantee that the relatively small study will translate seamlessly into good policy. “Just knowing that this has a causal effect on health in this study doesn’t mean it would work out on a population level.”

Source: Sciencemag 03/2014, Emily Underwood

 

 

Posted in English articles | Tagged , , , , , , | Leave a comment

Chômage : l’apparente égalité entre femmes et hommes

Le Monde.fr | 07.03.2014

Alors que le taux de chômage des femmes était près de deux fois supérieur à celui des hommes en 1975, l’écart semble aujourd’hui s’être complètement réduit, le taux de chômage atteignant 10,5% pour les femmes comme pour les hommes fin 2013 (Insee). On peut cependant s’interroger sur sa pertinence pour analyser les inégalités entre femmes et hommes face à l’emploi. Ce questionnement est d’autant plus nécessaire que le choix des indicateurs statistiques pour analyser le marché du travail oriente les politiques publiques. La focalisation sur le taux de chômage en tant que principal indicateur du marché du travail pose donc problème, en particulier quand il s’agit d’analyser les situations comparées des femmes et des hommes et d’envisager des solutions adaptées aux unes et aux autres.

Si leurs taux de chômage se sont indéniablement rapprochés en même temps que le chômage augmentait au cours des dernières décennies, d’autres indicateurs statistiques complémentaires mettent néanmoins évidence les inégalités subsistant entre femmes et hommes sur le marché du travail en France. Rappelons tout d’abord que le taux d’emploi des femmes est de 60,2% alors qu’il s’élève à 68,1% pour les hommes. L’écart se creuse encore si on considère le taux d’emploi en équivalent temps complet, restant à un niveau très proche pour les hommes (66,2%) ce taux chute fortement pour les femmes, pour atteindre seulement 53,4%, témoignant ainsi de la très forte proportion de femmes travaillant à temps partiel. Par ailleurs, les femmes sont surreprésentées dans certaines catégories de demandeurs d’emploi : ceux qui recherchent un emploi tout en exerçant une activité réduite (catégories B et C de Pôle Emploi). Or la plupart de ces demandeurs d’emploi qui recherchent un emploi de meilleure qualité ne sont pas comptabilisés dans les statistiques usuelles du chômage (que ce soit le chômage au sens du BIT ou la catégorie A de Pôle Emploi). Les difficultés de ces femmes sur le marché du travail sont donc de ce fait moins visibles dans le débat public.

Enfin, et c’est là un élément fondamental, les femmes sans emploi sont majoritairement « inactives » c’est-à-dire qu’elles ne se positionnent pas sur le marché du travail par la recherche d’emploi. Plus précisément parmi les femmes âgées de 25 à 49 ans n’occupant pas un emploi, deux tiers sont « inactives » et un tiers chômeuses. Ainsi, contrairement aux hommes, les femmes sans emploi sont plus souvent « inactives » que chômeuses. A l’inverse des hommes, cette « inactivité » est fortement liée pour les femmes à la présence d’enfants. Ces femmes peuvent faire le choix de ne pas se présenter sur le marché du travail notamment pour s’occuper de leur famille, les normes familiales mais aussi la crise de l’emploi pouvant directement ou indirectement favoriser ce choix. Néanmoins, certaines personnes « inactives » souhaitent travailler mais ne sont pas considérées comme au chômage car elles ne sont pas rapidement disponibles pour occuper un emploi ou n’ont pas fait de démarche de recherche d’emploi récemment : c’est ce qu’on appelle le halo du chômage. Et sans surprise, les femmes sont à nouveau fortement surreprésentées dans ce halo du chômage par rapport aux hommes.

Ainsi la focalisation sur le taux de chômage pour illustrer les difficultés du marché du travail masque les inégalités persistantes entre femmes et hommes face à l’emploi. Des freins spécifiques à l’emploi des femmes subsistent et ce malgré l’élévation de leur niveau de formation. Problèmes de modes de garde des enfants, prise en charge des parents dépendants, et donc moindre mobilité, mais aussi non reconnaissance de certaines compétences l’accompagnement dans l’emploi des femmes demande des politiques de l’emploi, des politiques familiales et de la dépendance sensibles à l’égalité entre femmes et hommes. Mais comment mener cette sensibilisation aux inégalités entre femmes et hommes, si l’indicateur le plus utilisé masque les spécificités de la situation d’emploi des femmes ?

Mathilde Guergoat-Larivière et Séverine Lemière sont aussi co-auteures du rapport L’accès à l’emploi des femmes, une question de politiques, remis à la ministre des droits des femmes en décembre 2013.

Posted in English articles | Leave a comment

Does Economic Advancement ‘Cause’ a Re-increase in Fertility?

In a recently published article in European Journal of Population, researchers Olivier Thévenon and Angela Greulich empirically investigate the correlation between fertility and economic development in OECD countries (1960-2007).

In the light of the recent reversal of fertility trends in several highly developed countries, they find that the strong negative correlation between GDP per capita and fertility does no longer hold for high levels of per capita economic output; the relation instead seems to turn into positive from a certain threshold level of economic development on. Survival of an inverse J-shaped association between GDP per capita and fertility is found when controlling for birth postponement, omitted variable bias, non-stationarity and endogeneity. However, gaps between actual and predicted fertility rates show implicitly the importance of factors influencing fertility above and over per capita income. By decomposing GDP per capita into several components, female employment is identified as co-varying factor for the fertility rebound that can be observed in several highly developed countries. Pointing out to important differences with regard to the compatibility between childbearing and female employment, the results suggest that fertility increases are likely to be small if economic development is not accompanied by institutional changes that improve parents’ opportunities to combine work and family life.

Présentation1

Source:

A. Luci-Greulich, O. Thévenon (2014): “Does economic development ‘cause’ a re-increase in fertility? An empirical analysis for OECD countries (1960-2007)”, European Journal of Population,  online version January 2014 (doi: 10.1007/s10680-013-9309-2).

 

Posted in English articles | Tagged , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

De graves inégalités hommes-femmes dans la recherche mondiale

Par Pierre Barthélémy

Commençons par une anecdote. En septembre 2012 paraissait dans les Proceedings de l’Académie des sciences des Etats-Unis un article relatant une expérience dont les cobayes étaient… des chercheurs américains dans les domaines de la biologie, de la chimie et de la physique. L’objectif consistait à déterminer si, dans le monde académique, existait un biais, un a priori défavorable envers les étudiantes, les jeunes femmes sur le point de commencer une carrière dans la recherche. Pour cette expérience, plus de 120 scientifiques (hommes et femmes) reçurent le dossier d’un candidat à un poste de chercheur. Ils ignoraient que le candidat n’existait pas en réalité et que le CV avait été élaboré de toutes pièces, de manière à être bon, mais pas trop.

Ils devaient évaluer la compétence du candidat, dire s’ils l’embaucheraient ou pas, à quel niveau de salaire, et l’aide qu’ils comptaient lui apporter dans son travail. Dans la moitié des dossiers, le candidat s’appelait John et, dans l’autre moitié, son prénom était Jennifer. Un procédé classique dans l’étude des discriminations. Résultat : à CV et lettre de motivation identiques, Jennifer a été jugée moins compétente que John, et donc moins susceptible de mériter le poste. Y serait-elle parvenue qu’elle aurait bénéficié d’un salaire inférieur et d’un accompagnement moins important. Ironie de l’histoire, en moyenne, les personnes les plus sévères pour la candidate étaient… les chercheuses et non pas leurs homologues masculins.

Evidemment, d’une étude portant sur quelque 120 universitaires américains on ne peut tirer une généralisation pour toute la science mondiale. C’est pour cette raison qu’une équipe américano-canadienne s’est lancée dans une évaluation de grande ampleur des inégalités hommes-femmes dans la recherche, dont les résultats ont été publiés par Nature le 11 décembre 2013. Pour ce faire, elle a analysé près de 5,5 millions d’articles scientifiques publiés entre 2008 et 2012, qui totalisaient plus de 27 millions de signatures venant de quasiment tous les pays du monde. On peut en effet apprendre beaucoup de la simple liste des signataires qui figure en début de toute étude. Il y a d’abord la position dans la liste. Par convention, le premier auteur est celui qui a conçu et mené l’étude, son principal contributeur. Il s’agit souvent (mais pas toujours) de jeunes chercheurs. A l’inverse, le dernier auteur est généralement plus âgé puisque cette place est réservée aux chercheurs qui, dirigeant des unités de recherche ou des laboratoires, ont “guidé” le travail. La liste des auteurs et de leurs affiliations permet aussi de déterminer s’il s’agit ou non d’une collaboration internationale ou d’une étude donnant les résultats d’un programme impliquant de très grands équipements scientifiques.

De cette énorme recherche bibliométrique plusieurs enseignements majeurs sont apparus, qui confirment l’existence de discriminations importantes envers les femmes dans la recherche mondiale, alors qu’on aurait naïvement pu espérer que la science, faite par une collectivité éduquée et éclairée, était moins susceptible de verser dans ces travers. Premier enseignement, alors que, selon l’OCDE, dans de nombreux pays, la majorité des diplômés à l’université sont des jeunes femmes, ce sont les hommes qui dominent largement la production scientifique dans la plupart des pays, et notamment dans les pays les plus influents, les plus performants et les plus prolifiques en science. L’étude fournit une carte (à laquelle vous pouvez accéder par ce lien) indiquant, pays par pays, le ratio femme/homme dans les publications ainsi que le nombre d’études publiées.

La parité impliquerait un ratio de 1 mais on en est loin pour les plus gros contributeurs à la science mondiale, le top 5 constitué par les Etats-Unis (ratio de 0,428), la Chine (0,357), le Royaume-Uni (0,419), l’Allemagne (0,334) et le Japon (0, 194 !). La France fait un peu mieux, avec un ratio de 0,506, sans que cela soit extraordinaire. C’est en Amérique du Sud et dans les pays de l’ex-bloc de l’Est que l’on s’approche le plus de la parité. Quelques exemples : Brésil (0,678), Argentine (0,915), République tchèque (0,871), Roumanie (0,951), Ukraine (1,161). Pour le dire autrement et crûment, les femmes sont plus susceptibles de jouer un grand rôle dans la science dans les pays qui n’ont pas une place importante dans la recherche mondiale.

Voilà pour les données brutes. Si on entre un peu dans les détails, on s’aperçoit par exemple que, pour 1 article dont le premier auteur est une femme, on a presque deux fois plus (1,93) d’études dont l’auteur principal est un homme. Autre résultat très significatif : quand des femmes parviennent à publier des articles dans une “position déterminante” (seul auteur, premier auteur ou dernier auteur), ceux-ci reçoivent par la suite moins de citations que lorsque des hommes figurent dans ces positions privilégiées.

Gender-chart

        Image source: www.nature.com

On s’aperçoit également que les femmes ont du mal à obtenir ces places de choix dans les grands programmes scientifiques internationaux et qu’elles pâtissent d’un déficit de citations à l’étranger. Or les auteurs font remarquer à juste titre que “étant donné que les citations jouent désormais un rôle central dans l’évaluation des chercheurs, cette situation ne peut qu’accentuer les inégalités entre les sexes”, en ralentissant les carrières des chercheuses et en renforçant le fameux “plafond de verre”.

Autre confirmation de cette étude : un certain nombre de clichés socio-culturels se retrouvent dans la recherche. Les femmes sont ainsi plus présentes dans les domaines scientifiques liés aux soins et à la relation aux autres : médecine, sciences du langage ou de l’éducation. A l’inverse, les hommes dominent les sciences de l’ingénieur, la robotique, l’aéronautique, les mathématiques, la physique des hautes énergies. Pour caricaturer, c’est un peu comme si, même grands, les garçons devaient continuer à jouer aux voitures et aux vaisseaux spatiaux et les filles à la poupée. De nombreuses enquêtes ont montré que l’image de la science était essentiellement masculine et c’est un préjugé tenace.

En plus du sexisme (on se souvient de ce clip ridicule et déplorable de la Commission européenne pour inciter les jeunes filles à travailler dans la recherche, teinté en rose et plein de rouge à lèvres et de vernis à ongles…), une des raisons principales qui expliquent ces grands déséquilibres tient à l’accès des femmes à l’univers de la recherche, car les diplômées en sciences ne font pas automatiquement des chercheuses. En 2007, un rapport de l’Unesco notait que dans seulement 17 % des pays du monde, les effectifs féminins dans la recherche équivalaient à ceux des hommes. Les auteurs de l’article de Nature font remarquer qu’ils décrivent, eux, un tableau “plus sinistre encore : moins de 6 % des pays représentés dans Web of Science (qui regroupe plusieurs bases de données sur la production scientifique mondiale, NDLR) s’approchent de la parité en termes d’articles publiés”. Pour terminer, je ne peux que reprendre la conclusion de cette étude : “Chaque pays devrait attentivement identifier les micro-mécanismes qui contribuent à reproduire ce schéma ancien. Aucun pays ne peut se permettre de négliger les contributions intellectuelles de la moitié de sa population.”

Source:  Blog du Pierre Barthélémy, journaliste au Monde, 22/12/2013

Posted in English articles | Leave a comment

Segregration of children into feminine and masculine – the role of toys

This little girl is holding a LEGO set. The LEGOs are not pink or “made for girls.” She isn’t even wearing pink. The copy is about “younger children” who “build for fun.” Not just “girls” who build. ALL KIDS.

1

In an age when little girls and boys are treated as though they are two entirely different species by toy marketers, this 1981 ad for LEGO  issues an important reminder.

To contrast, here’s an image of a LEGO Friends set — a line made specifically for girls in 2011: 

2

Unfortunately, LEGO is not the only brand that has become increasingly girly over the years.  My Little Pony, Cabbage Patch Kids, and even Trolls have undergone extreme makeovers. Take a look for yourself: Sociological images – the societypages 

Source: The Huffingtonpost 17/01/2014

Posted in English articles | Tagged , , | Leave a comment

Judith Butler « Repenser le genre ouvre à de nouvelles possibilités politiques »

Philosophe féministe américaine, professeure de littérature à l’université de Berkeley, Judith Butler interroge le genre et l’identité dans ses nombreux travaux théoriques. Son travail critique de la psychanalyse française et de la pensée féministe, ainsi que sa lecture de Derrida et Foucault en font une référence.

Née à Cleveland, la philosophe américaine, enseignante à l’université de Californie, a notamment introduit le concept de « performativité du genre ». Par cette expression, il faut comprendre le genre comme une performance sociale apprise, répétée et exécutée produisant un « genre naturel de l’être ». Trouble dans le genre, son ouvrage majeur publié en 1990 aux États-Unis, redéfinit une politique féministe de subversion, à laquelle les mouvements féministes reprochent parfois d’être en retrait dans la lutte contre les violences patriarcales. Dans la préface à la traduction française (2005), le sociologue Eric Fassin montre comment Butler se place plutôt à « l’articulation problématique » entre genre et sexualité. Judith Butler pense les marges (« queer studies ») et en appelle à déconstruire une identité instable. En dénaturalisant l’hétérosexualité, il s’agit de se dégager de l’emprise du genre et de rendre le monde vivable pour tous les êtres humains. Judith Butler a reçu le prix Adorno en 2012.

Dans Trouble dans le genre (1), vous évoquez un « nouveau départ pour la théorie politique féministe ». Quel serait ce nouveau départ ?

Judith Butler. Trouble dans le genre s’appuie sur le travail déjà établi dans les domaines de l’anthropologie et de la sociologie sur le genre. Lorsque j’ai écrit ce texte, il y a maintenant vingt-quatre ans, j’ai estimé qu’il était important de ne pas seulement s’interroger sur ce que les femmes veulent, sur comment elles sont traitées, ou encore sur les droits qu’elles devraient avoir, mais de se demander comment la catégorie des femmes se définit et quelles significations politiques impliquent ces définitions. Ce n’était pas une question nouvelle. On pouvait la trouver dans la position matérialiste féministe française et l’importante revue Questions féministes.

Vos travaux s’appuient sur la critique de nombreuses théories (Beauvoir, Witting, Bourdieu, Freud, Derrida, Foucault, Laqueur…) et rejettent les deux voies antagonistes du féminisme en débat jusque dans les années 1990. Comment penser le féminisme aujourd’hui ?

Judith Butler. L’opposition entre un féminisme qui dénonce les dominations et un féminisme dit prosexe n’est pas très évidente. Elle peut avoir une signification en France mais ne fonctionne pas vraiment en dehors de ce cadre. Je pense que le féminisme doit s’opposer aux dominations et doit aussi bien reconnaître que toutes les formes de pouvoir ne peuvent être réduites à la domination. Il est sûrement important pour le féminisme d’affirmer la sexualité, mais à la condition que cela ne soit pas contraignant. On peut convenir que le pouvoir et la sexualité sont intimement liés et s’opposer encore à la domination. Et on peut admettre que la sexualité devrait être affirmée tout en s’interrogeant : quelle sexualité ? Et sous quelles conditions ? Ainsi, comme vous pouvez le noter, je n’accepte pas les termes de cette opposition. Je ne suis ni une libertaire au sens américain du terme, ni une défenseure de l’idée que les femmes sont toujours et seulement dominées. De ce point de vue, je ne suis pas favorable à une loi contre la prostitution car je reste opposée à la pénalisation d’un acte sexuel tarifé et non contraint entre des adultes. Au-delà de cet exemple, la liberté sexuelle peut, et doit, prendre d’autres formes que celles dont le but est la critique de la violence et de la contrainte.

Tel le travesti, le queer (traduire étrange ou bizarre) est la base de votre remise en cause qui introduit les études du genre dans la théorie de ce siècle nouveau. Que voulez-vous dire ?

Judith Butler. Beaucoup d’autres ont introduit le concept de queer et je me suis rendu compte très tardivement que je faisais partie d’un plus large mouvement appelé queer studies. Le travail que j’ai effectué sur le genre croise certainement les queer studies, mais les études du genre et les queer studies ne sont pas toujours identiques. Il n’est pas historiquement exact de dire que le queer recouvre la notion de genre. Il se peut que certaines lectures dans la théorie du queer aient avancé l’idée du genre, mais elles sont des histoires très distinctes. Le genre a appartenu à l’anthropologie sociale et culturelle bien avant qu’il y ait été question des queer studies. Certains théoriciens du queer ne se sentent pas du tout concernés par le genre, mais plutôt par la sexualité.

Le féminisme constituerait une subversion de l’identité de genre. Vous semblez préciser encore votre analyse dans Défaire le genre (2). Alors s’agit-il de subvertir l’identité ?

Judith Butler. En fait, l’expression « subversion d’identité » est employée dans Trouble dans le genre, mais pas dans Défaire le genre. Je n’ai jamais dit que le féminisme est une lutte pour subvertir l’identité. J’ai seulement souligné que les manières de subvertir l’identité à travers certains types de pratiques sexuelles et performances de genre confondent certaines idées reçues sur le fait d’être une femme ou un homme. Une des raisons de repenser le genre serait de réaliser de plus grandes possibilités sociales et politiques de liberté, d’égalité et de justice. Ces derniers objectifs constituent les buts du féminisme. Ainsi, en refaisant le genre, nous le défaisons.

Votre démarche s’inscrit alors dans une contestation de l’ordre établi patriarcal. Nombre de féministes considèrent pourtant que vous restez en retrait sur ce point ?

Judith Butler. Je ne travaille pas avec le concept du patriarcat, bien que je me rende compte qu’il a joué un rôle important pour de nombreux théoriciens féministes. Je ne pense pas qu’il y ait un ordre culturel simple, que nous l’appelions patriarcal ou symbolique, ou les deux. Mon sentiment est que la culture est dynamique, et qu’une part des questions les plus intéressantes émerge quand différentes valeurs culturelles entrent en contestation. La culture ne peut pas être décrite simplement comme un ordre et les formes de domination et de résistance sont aussi culturellement complexes et dynamiques. Je ne pense pas que tout passe par l’idée de l’ordre. Bien sûr, je vois bien que certains types d’inégalités persistent dans diverses parties du globe. Nous pouvons considérer la liberté des femmes, le fait qu’elles constituent une plus grande partie de la population illettrée que les hommes et que le travail des femmes continue d’être sous-valorisé. Nous pouvons citer aussi bien des formes de discrimination et de violence contre les gays, lesbiennes, bi, trans et intersexes. Mais dans chacun de ces cas, il existe culturellement diverses organisations de pouvoir et différentes manières locales d’intervenir et de résister. Ainsi, bien qu’il puisse être intellectuellement satisfaisant d’indiquer qu’un ordre simple explique tous les exemples, je crois que cela ne nous empêche pas d’effectuer le travail plus difficile de trouver où et comment fonctionne l’oppression, quelles sont les possibilités de résistance et d’autonomisation, et quelles alliances pourraient se constituer parmi les minorités pour dépasser les formes de domination. Le patriarcat ne peut pas expliquer le racisme, et le racisme ne peut pas expliquer l’oppression de genre. Nous avons besoin de mobiliser maintes formes de pouvoir afin d’avoir une coalition intelligente, à base élargie et effective des minorités qui luttent pour un monde plus juste.

Que faites-vous de la marchandisation et l’exploitation capitaliste qui touchent tous les pans de notre planète, y compris le vivant et le corps humain ?

Judith Butler. Mon sentiment est que le capitalisme produit des polarités de plus en plus brutales entre les riches et les pauvres, mais nous voyons aussi que le nombre de pauvres explose actuellement. Le capitalisme est l’une des principales raisons de cette inégalité de masse qui s’accélère, soyons-en sûrs, mais cela fonctionne en tandem avec la dimension coloniale, le racisme et des formes de contrôle de la population pas seulement présentes dans le capitalisme. De même, bien qu’il y ait clairement des bénéfices à faire la guerre, et qu’il est prouvé qu’une énorme industrie de l’armement est lucrative pour beaucoup de pays, y compris le mien, je ne pense pas que la guerre ou la nature de la précarité généralisée qu’elle provoque puissent s’expliquer exclusivement par le capitalisme. De nombreuses populations se retrouvent abandonnées en raison de la guerre, du chômage, mais aussi du fait de la destruction des institutions et des structures sociales et démocratiques.

Dans plusieurs de vos ouvrages, vous liez les enjeux du genre, de l’identité et de l’humanité. La célèbre chanson disait déjà : « L’Internationale sera le genre humain. » Au fond, la déconstruction du genre rejoint-elle cette lutte d’émancipation humaine ?

Judith Butler. Il est sans doute important de noter que je ne suis pas à la recherche d’un monde sans genre. Si je dépiste à certains égards que le genre ne parvient pas à se conformer à un système binaire, et cherche même à développer un vocabulaire plus complexe pour la vie marquée par le genre, c’est parce que je souhaite voir un monde moins violent et plus vivable pour les personnes au genre non conforme. Il n’est pas possible de dépasser ou de nier complètement des normes et des conventions de genre. La lutte est d’apprendre comment travailler avec elles, les transformer, mais aussi reconnaître que beaucoup de communautés sont engagées dans cette lutte pour la transformation sociale. Vous employez le mot « déconstruction » mais, comme vous le savez, ce n’est pas pareil que la destruction. Bien sûr, je ne suis pas opposée à l’émancipation humaine, mais nous devons nous questionner sur le sens profond que nous donnons à l’humain. Qu’en est-il des normes de genre qui ont commandé notre idée de l’humain ? Ou encore quelles normes raciales ? Ainsi l’humain est aussi en train d’être repensé, et cela permet justement de faire un monde plus humain.

Vous dites que le « genre est en quelque sorte un acte » et « l’identité un effet ». Votre vision foucaldienne interroge l’identité en lien avec la « capacité d’agir » (agency) qui renvoie à la complexité ?

Judith Butler. Au début de mes travaux, j’ai mis l’accent sur le genre comme une sorte de loi, et je pense toujours qu’il y a des actes qui, répétés dans le temps, peuvent créer et confirmer une identité de genre. Mais le genre est également une catégorie d’analyse pour penser des concepts politiques essentiels tels que la distinction public-privé, la sphère publique et l’égalité. Quand nous disons que ces concepts politiques sont genrés, nous disons qu’ils ont été constitués à partir de certaines hypothèses de genre. Mais le genre est également quelque chose que nous subissons, une partie de notre formation. Ceci semble évident quand on pense à l’assignation du genre non seulement comme quelque chose qui est arrivé une fois, mais aussi quelque chose qui se produit tous les jours, dans la rue, dans les institutions publiques, au sein des établissements médicaux et juridiques.

(1) Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, éditions La Découverte, 2005. Publié en 1990 aux États-Unis.

(2) Défaire le genre, éditions Amsterdam, 2006.

(3) Vers la cohabitation. Judéité et critique du sionisme, éditions Fayard, 2013. 354 pages.

Source : Humanité Quotidien du 10 Janvier, 2014, entretien réalisé par Pierre Chaillan

Posted in German & French articles | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Pour être efficace, la politique familiale doit promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes

Par Hippolyte d’Albis, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à Paris School of Economics et Angela Greulich, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Dans beaucoup de pays, le manque de consensus sur les objectifs de la politique familiale a conduit à la création d’un grand nombre de dispositifs aux effets parfois contradictoires. Une rationalisation de ces instruments autour de la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes est à même de porter les missions traditionnelles de la politique familiale. Le cas de la France illustre bien ces enjeux.

Un engagement public important en faveur de la famille

Evaluer l’importance de la politique familiale et la comparer aux autres politiques sociales menées en France n’est pas un exercice aisé. Du fait des multiples instruments en faveurs de la famille, c’est une politique dont les contours sont difficiles à appréhender. Il est néanmoins crucial d’évaluer l’engagement public global afin de mesurer son efficacité et de le comparer à celui qui prévaut dans les autres pays Européens et industrialisés.

politique-familUn premier aperçu de l’importance de la politique familiale peut être obtenu à la lecture des comptes de la protection sociale. Ces derniers indiquent que les dépenses de la branche famille représentent, depuis 2006, entre 2,8 et 2,9% du Produit Intérieur Brut (PIB) et entre 1,9 et 2% du PIB si on se limite aux dépenses qui relèvent du champ des régimes de l’assurance sociale. Ce sont des montants importants, mais, à titre de comparaison, les dépenses de santé représentent près de 11% du PIB. Au total, c’est moins de 10% de l’ensemble des prestations de la protection sociale qui sont consacrées à la famille. Il faut aussi noter que la protection sociale en France repose sur un principe de financement original, qui distingue la France de ses principaux partenaires commerciaux et, en particulier, de l’Allemagne. Les deux tiers du financement sont assurées par une taxation de la rémunération du travail. Ce sont les entreprises, via les cotisations sociales patronales, qui s’acquittent d’une taxe équivalant à 5,1% (exonérations non comprises) de leur masse salariale. Le reste du financement repose sur des impôts tels que la Contribution Sociale Généralisée (CSG) et des impôts et taxes affectées. Un rapport récent de la Cour des Comptes relève que les politiques d’allègement des charges pesant sur le travail et de crédits d’impôt aux entreprises, ont conduit au cours des dernières années à progressivement réduire la part du financement reposant sur les cotisations sociales patronales.

Les comptes de la protection sociale ne permettent d’appréhender qu’une partie du coût pour les finances publiques de la politique familiale. Les familles bénéficient également de réductions d’impôts. Même si l’exercice est un peu périlleux, il est possible de tenter d’évaluer les recettes fiscales qui auraient été perçues si les allègements fiscaux n’avaient pas existé. Le décompte est souvent imparfait car il postule que les comportements des familles, notamment en ce qui concernent les décisions de fécondité et de participation sur le marché du travail, restent les mêmes quelque soit l’environnement fiscal. Selon l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), dont le site internet regorge de statistiques internationales sur la famille et les politiques familiales, les réductions d’impôts associées à la politique familiale ont représenté en 2009 pour la France 0,78% du PIB. C’est de loin, la « niche fiscale » la plus importante ! Au sein des pays appartenant à l’OCDE, seules l’Allemagne et la Slovénie ont des politiques de réduction d’impôt plus importantes, qui représentent respectivement 1,01 et 0,8% de leur PIB. Le taux moyen dans l’OCDE est près de 3 fois plus faible qu’en France avec 0,28% du PIB. En additionnant les dépenses en faveur de la famille et les réductions d’impôt, la France fait partie avec l’Irlande, le Royaume-Uni et le Luxembourg des quatre pays pour lesquels la politique familiale est la plus couteuse pour les finances publiques. Ils devancent les pays scandinaves, pourtant réputés pour leurs politiques familiales. En Allemagne, le coût total de la politique familiale est 23% plus faible qu’en France.

Outre les dépenses directes et les réductions d’impôts, on retrouve la trace de la politique familiale dans le calcul d’un certain nombre d’allocations, notamment sociales et afférentes au logement, dont le montant versé au bénéficiaire dépend de la taille du ménage. Par, exemple, le Revenu de Solidarité Active (RSA) dépend du nombre d’enfants de moins de 25 ans à charge. Ces dépenses, implicitement liées à la politique familiale, peuvent représenter des montants très importants. Camille Landais, Antoine Bozio et Gabrielle Fack ont estimé que les avantages dont bénéficient les retraités qui ont eu des enfants représentaient en 2005, 17,5 milliards d’euros, soit près de 20% du coût total de la politique familiale. Le volume de ces aides dites différées, car versées aux familles après qu’elles aient élevées leurs enfants, sont susceptibles de fortement augmenter avec l’arrivée à la retraites des générations nombreuses nées après la Seconde Guerre mondiale. Lorsque les droits familiaux à la retraite sont pris en compte, les auteurs estiment que le coût pour les finances publiques de la politique familiale a représenté en 2005, 4,9% du PIB.

Avec la dépense publique d’éducation, qui de façon quelque peu arbitraire n’est pas considérée comme de la politique familiale, les dépenses publiques réduisant pour les familles les dépenses destinées à leurs enfants représentaient, en 2005, 11% du PIB.

Une politique reposant sur une grande diversité d’instruments

La politique familiale française se distingue de celle de ses partenaires par l’extrême diversité des instruments mis en place. La diversité peut être une force car elle permet de répondre aux multiples cas particuliers que représentent les familles ; elle peut également être une faiblesse si elle révèle une double absence de choix politiques et d’évaluation des coûts et avantages des différents instruments.

En s’accommodant d’un certain niveau de généralité, il est possible de définir un instrument de la politique familiale comme un moyen de réduire le coût que représente un enfant pour ses parents, ou plus précisément, comme un transfert de ce coût au reste de la société. De façon assez intuitive, en permettant la réduction de ce coût, la politique familiale encourage les familles à avoir plus d’enfants. Ce type de raisonnement a été rationalisé par Gary Becker et par un grand nombre d’économistes après lui. Il est possible de distinguer deux grands types d’instruments permettant la réduction du coût de l’enfant. Les instruments reposant sur des « transferts monétaires » visent à compenser une partie des dépenses effectuées pour les enfants. De façon complémentaire, les « transferts en temps » ont pour objet de réduire le coût d’opportunité engendré par la perte de salaire des parents souhaitant s’occuper de leurs enfants.

Les instruments reposant sur des transferts en temps sont les plus anciens et sont historiquement associés à la politique d’instruction et d’éduction publique. Avant 6 ans, la scolarisation n’est pas obligatoire, mais les écoles maternelles, créées en 1881, représentent pour 97% des enfants de 3 à 6 ans une offre de garde gratuite. Avant 3 ans, la situation est beaucoup plus hétérogène. Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du Ministère des Affaires Sociales, en 2002 seuls 10% des enfants en bénéficiaient d’une garde collective. 22% bénéficiaient d’assistantes maternelles ou de gardes à domicile subventionnes tandis que les 68% restant étaient gardés par leurs parents ou grands parents. Avec un tiers des enfants bénéficiant d’une garde subventionnée, la France demeure un des pays de l’OCDE pour lequel le taux de couverture est le plus élevé. Depuis 2002, le nombre de places dans une structure d’accueil ou familiale est passé de moins de 319.000 à près de 374.000. Au premier janvier 2011, le nombre d’enfants de moins de 3 ans était de 2,26 millions. Selon l’OCDE, les dépenses publiques françaises liées à la garde d’enfant et à l’éducation avant 6 ans représentaient 1,1% du PIB en 2009, soit des niveaux équivalents à ceux de la Finlande et du Royaume-Uni. Ces investissements sont inférieurs à ceux du Danemark et de la Suède, qui atteignent 1,4% du PIB mais supérieurs à ceux de l’Allemagne qui ne consacre que 0,5% de son PIB à ce type de dépenses.

Les instruments reposant sur des transferts monétaires sont plus récents. Réservés à certains salariés dans les années 1930, ils sont généralisés et revalorisés pendant la guerre et en 1945 par les ordonnances assurant la création du système de sécurité sociale. Certaines prestations, telles que les allocations familiales, l’allocation de soutien familial, ou l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé ont un caractère universel, ce qui signifie que seuls le nombre d’enfants et le rang de naissance sont pris en compte. D’autres prestations dépendent aussi des revenus du ménage. C’est le cas du complément familial, de l’allocation de rentrée scolaire, et de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje). La tendance est à la réduction de la part des prestations universelles. D’après la Caisse d’Allocations Familiales (CAF), les allocations familiales, qui représentaient 60% des prestations familiales en 1990, ne représentaient plus que 40,5% en 2011. En revanche, la Paje, créée en janvier 2004, représentait 40% des prestations familiales en 2001. Selon la DRESS, 6,8 millions de familles bénéficiaient fin 2011 de prestations familiales.

Les réductions d’impôts sont également des transferts monétaires, même si ces derniers sont implicites. Le système du quotient familial, créé en 1945, est ainsi l’instrument le plus unique de la politique familiale française. Avec son compagnon, le quotient conjugal, il consiste en un ajustement du revenu du ménage au nombre d’individus qui le compose. Ceci revient, approximativement, à partager le revenu entre les membres du ménage avant d’appliquer le taux de taxation à chaque part. Du fait de la progressivité de l’imposition du revenu, le système produit une réduction d’impôt croissante avec le revenu. Les défenseurs de ce système rappellent que la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 stipule que la pression fiscale doit être partagée équitablement entre les citoyens en fonction de leur « capacité contributive ». Il n’en reste pas moins que pour un même revenu un couple avec deux enfants paiera moins d’impôt qu’un couple sans enfant, ce qui représente un transfert en faveur des familles. De même, les enfants ne sont pas traités symétriquement car leur rang de naissance intervient dans le calcul de la réduction d’impôt.

Enfin, certains instruments combinent des transferts en temps et en argent. Les plus symboliques sont le congé maternité, créé en 1909 et rémunéré pour toutes les femmes salariées depuis 1970, et le congé de paternité créé en 2002. Les parents bénéficient d’une rémunération mais également de temps pour s’occuper de leurs enfants. A l’issue de ce congé, des prestations (tel que le complément de libre choix d’activité qui a remplacé l’allocation parentale d’éducation, APE) sans conditions de ressources mais sous conditions relatives à l’activité professionnelle passée sont offerte aux salariés souhaitant garder eux-mêmes leurs enfants en bas âges. Au sein des pays de l’OCDE, la France fait partie des pays où la durée rémunérée du congé parental est la plus élevé. Elle est environ deux fois plus longue qu’en Allemagne et que dans la moyenne des pays de l’OCDE. Les promoteurs de ces politiques insistent aussi sur l’importance de laisser aux parents le choix de l’environnement socio-pédagogique dans lequel leur enfant évoluera. Le complément de libre choix du mode de garde offre cette possibilité.

Cette grande diversité d’instruments ne représente bien sûr que le versant budgétaire de la politique familiale. Les législations sur le mariage, le divorce, la contraception, l’avortement participent également à la réalisation des objectifs politiques et sociétaux relatifs à la famille.

Les politiques familiales en Allemagne

L’Allemagne se caractérise par une fécondité beaucoup plus faible qu’en France et une situation des femmes sur le marché du travail plus précaire. La politique allemande repose sur un système généreux d’allocations forfaitaires et de réductions d’impôts, notamment via un quotient conjugal. Les frais de modes de garde permettent donnent quant à eux droit à de faibles déductions d’impôts. De façon générale, l’offre de garde d’enfants en bas âges est peu développée. Pour les enfants de plus de 3 ans, les Kindergarten et, ensuite les écoles, sont souvent fermées l’après-midi. Depuis 2007, l’Allemagne offre un congé parental similaire au système suédois : il dure 12 mois et la compensation est proportionnelle au salaire. Les pères sont incités à prendre au moins deux mois de congés. De fait de l’insuffisance manifeste de crèches, ce système connait néanmoins un succès mitigé quant au retour des femmes sur le marché du travail. En 2013, le gouvernement allemand a mis en place une nouvelle allocation destinée aux parents au foyer, le Betreuungsgeld, qui risque de renforcer l’exclusion des femmes du marché du travail.

Deux grands objectifs traditionnels : la natalité et la réduction des inégalités

La famille ne fait pas partie des missions régaliennes de l’Etat et il est légitime de se demander ce qui justifie l’intervention massive de la puissance publique dans ce qui relève des choix de la sphère privée. Il est, en outre, utile de recenser ces objectifs afin d’évaluer la capacité des différents instruments à les atteindre.

Historiquement, les politiques familiales ont pour objectif de favoriser la natalité. L’Europe continentale de l’Ouest, et en particulier la France, connaissaient depuis le 19ème siècle une baisse de la fécondité dont les possibles conséquences ont suscité des débats passionnés. Au cours de la première moitié du 20ème siècle, les gouvernements prendront clairement le parti des nativistes et s’engageront dans la lutte contre la dépopulation, systématiquement associée au mythe du déclin. Des lois en faveur du mariage sont alors votées et des instruments financiers seront mis en place. L’objectif nataliste reste important pour certains groupes sociaux et, selon les gouvernements, garde plus où moins de place dans les arbitrages relatifs à la politique familiale. Il se distingue d’un objectif d’accroissement de la population qui est également favorable à l’immigration. Néanmoins, la population de la plupart des pays d’Europe n’a pas connu de diminution et les alarmes relatives à la dépopulation se sont avérées excessives. Les craintes justifiant l’objectif nataliste ont donc été reformulées. C’est la lutte contre le vieillissement de la population qui est devenu le nouveau cheval de bataille des nativistes, dont le livre publié en 1946, « Des Français pour la France » de Robert Debré et Alfred Sauvy, est un des plus symboliques. Associée au vieillissement, la problématique du financement du système de retraite par répartition, est aujourd’hui le principal enjeu de société mis en avant par les promoteurs de l’objectif nataliste.

Un second objectif s’est petit à petit accolé à l’objectif initial. Il s’agit d’un objectif social, qui lui-même se décline en plusieurs facettes. Traditionnellement, la politique familiale permet un transfert des familles les moins nombreuses vers les familles les plus nombreuses, afin de corriger l’inégalité dont pâtissent les enfants nés dans les familles nombreuses. La justification repose sur un principe d’égalisation des opportunités de tous les enfants. Mais comme le nombre d’enfants résulte en grande partie d’un choix des familles, l’objectif social conduit à favoriser celles qui font ce choix. Outre la question des inégalités relatives, la question de la pauvreté des enfants conduit, dans le cadre d’un objectif social, à des actions spécifiques de la politique familiale en faveur des enfants des familles les plus pauvres. Il est enfin parfois difficile, même dans le cadre des politiques familiales, d’exclure un critère purement social qui promeut une redistribution des familles les plus riches vers les familles les plus pauvres. A nombre d’enfants égal, les instruments de la politique familiale sont parfois jugés en fonction de leur capacité à réduire les inégalités.

Les deux grands objectifs de la politique familiale ne sont a priori pas nécessairement contradictoires. Les familles pour lesquelles les niveaux d’éducation et de revenu des parents sont les plus élevés sont, en moyenne, aussi celles qui ont le moins d’enfants. Un instrument favorisant les familles nombreuses favorisera donc également les familles les plus pauvres. Pourtant, certains économistes, dont les travaux sont souvent dans la lignée de Gary Becker, pensent que l’investissement des parents dans la réussite de chaque enfant décroit avec le nombre d’enfants. En recevant moins d’attention, les enfants des familles nombreuses réussiraient moins bien leur parcours scolaire et leur insertion professionnelle. Cette relation causale est difficile à prouver, mais si elle était avérée, l’objectif nataliste rentrait alors en contradiction avec l’objectif social car il favoriserait la reproduction des inégalités sociales. La multiplicité des objectifs n’est pas une spécificité de la politique familiale et la plupart des politiques non régaliennes, telle que l’éducation, le soutien aux personnes âgées, le logement, l’aménagement du territoire, etc. ont également une dimension sociale. Des oppositions peuvent portant apparaître quand au degré de redistribution d’un instrument de la politique en question. Les tenants de l’objectif nataliste défendront les instruments les plus favorables à la fécondité tandis que les tenants de l’objectif social favoriseront les instruments redistributifs. Les rapports d’experts sur la politique familiale peuvent ainsi proposer des recommandations différentes (voir notamment le rapport de Michel Godet pour l’Institut Montaigne et celui de Guillaume Macher pour Terra Nova).

Un objectif intermédiaire : la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes

De façon plus récente, un objectif intermédiaire se dessine. Par exemple, dans le cadre de la rénovation de la politique familiale, le gouvernement français a réaffirmé en juin 2013 que la politique devait favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes. Plus généralement, cet objectif d’égalité mené dans le cadre des politiques familiales comporte deux dimensions. Sur le plan économique, elle vise à améliorer la situation des femmes sur le marché du travail, ou au minimum à faire en sorte que les instruments choisis ne détériorent pas cette situation. C’est la participation des femmes au marché du travail, leur capacité à retrouver un emploi à la suite d’une maternité et l’ensemble de la carrière professionnelle qui deviennent alors les objectifs intermédiaires de la politique. Sur le plan de la vie familiale, la promotion de l’égalité vise à accroître l’indépendance économique des femmes et à susciter un partage plus équitable des taches domestiques au sein du ménage. Au final, c’est une meilleure conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale qui est recherchée afin de permettre aux femmes de ne pas avoir à choisir.

L’objectif d’égalité entre les femmes et les hommes s’oppose t’il à l’objectif nataliste ? Il est certain que le fait d’avoir des enfants a un effet sur la carrière des femmes. Dans une étude publiée en 2009, Julie Moscion démontre que l’effet causal est relativement important en France. Elle trouve que le fait d’avoir plus de deux enfants diminue la probabilité des mères d’être en activité de 0,2 et, lorsqu’elles sont en emploi, le nombre d’heures travaillées par semaine de deux heures. Ceci ne signifie cependant pas que les deux objectifs de la politique familiale sont incompatibles : promouvoir l’égalité signifie que les instruments favorisant la natalité, mais sans réduire la participation des femmes sur le marché du travail, seront préférés. L’âge à la première maternité semble, de ce point de vue, particulièrement important. Amalia Miller a montré, en utilisant des enquêtes américaines, que repousser d’un an la maternité conduisait à une augmentation significative des salaires perçus et des heures travaillées par les femmes (les revenus au cours de la carrière sont ainsi augmentés de 9%) et à une amélioration de la réussite scolaire de leurs enfants.

Promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes ne s’oppose pas non plus à l’objectif social car, par définition, une plus grande participation des mères au marché du travail réduit les inégalités de revenus entre les familles de taille différentes. De façon importante, des études récentes suggèrent que l’implication des deux parents auprès des enfants a des effets significatifs sur les résultats scolaires et le développement socio-émotionnel des enfants (voir, en particulier, l’étude australienne de Jennifer Baxter et Diana Smart sur l’effet du temps passé par les pères).

Les politiques familiales sont elles efficaces ?

L’évaluation des politiques publiques connait aujourd’hui un profond renouvellement. Les études proposant des comparaisons internationales permettent de mettre en lumière des corrélations statistiques. Elles souffrent néanmoins de biais liés aux différences entre les pays non prises en compte par l’analyse. Les études microéconomiques permettent de mieux appréhender les relations de causalité, notamment lorsqu’elles exploitent des changements de législation non anticipés. Elles ne permettent néanmoins pas d’avoir une appréciation globale d’une politique aux multiples instruments (Cf. la note du Conseil d’Analyse Economique). Néanmoins, comme le rappelle Olivier Thévenon, l’évaluation des politiques familiales connait des difficultés spécifiques liées au caractère planifié de la décision d’avoir un enfant et à la difficulté de distinguer les effets sur le taux de fécondité de ceux affectant la descendance finale.

Dans leurs études publiées récemment, Olivier Thévenon et Angela Luci-Greulich montrent que les pays aux politiques familiales ambitieuses sont ceux pour lesquels la natalité est la plus forte. La plupart des instruments ont un effet positif mais c’est la combinaison d’un grand nombre d’instruments qui, comme en France, permet de répondre aux besoins spécifiques des différentes classes de la population et conduit à des taux de fécondité plus élevés qu’ailleurs (Cf. la dernière note de conjoncture démographique de la revue Population). Ceci est d’autant plus efficace que la participation des femmes au marché du travail est élevée. Plus spécifiquement, les allocations versées après l’année de la naissance et l’offre de garde d’enfants ont des effets plus importants que les allocations versées à la naissance et les congés parentaux. Ces politiques favorables à la natalité entraînent néanmoins des effets collatéraux importants.

Plusieurs études françaises permettent d’évaluer plus précisément les avantages et inconvénients des différentes politiques. Les transferts monétaires, tels que les allocations familiales et les réductions d’impôt ont été analysés dans de nombreuses études et, en particulier, par Guy Laroque et Bernard Salanié. Ces transferts augmentent la descendance finale mais réduisent la participation des femmes sur le marché du travail, notamment pour les moins qualifiées. Concernant plus spécifiquement les réductions d’impôts, Camille Landais a étudié l’effet du changement de législation de 1981 pour évaluer les bénéfices du quotient familial. Il trouve que l’effet sur la probabilité d’avoir un enfant est très faible. Cette faible performance est à mettre en regard de l’effet anti-redistributif des réductions d’impôts. Plus récemment, Clément Carbonnier a montré que le quotient conjugal réduisant la participation des femmes sur le marché du travail, notamment pour les ménages à revenus moyens et élevés et lorsque l’écart de salaire est important au sein du couple.

Concernant le mode de garde d’enfants, les études sont également unanimes. En analysant la décision d’étendre l’Allocation parentale d’éducation au deuxième enfant, Thomas Piketty a montré que ce système de congé parental avait un effet très faible sur la natalité au prix d’une forte réduction de la participation des femmes sur le marché du travail. Cet effet a été confirmé par Julie Moschion qui met l’accent sur le rôle joué par la compensation financière dans la réduction. En revanche, la préscolarisation a un effet positif sur l’activité des femmes. Dominique Goux et Eric Maurin établissent cet effet pour les mères célibataires tandis que Julie Moschion le montre pour les mères diplômées du supérieur.

La promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes comme objectif intermédiaire de la politique familiale permet d’identifier les instruments qui permettent de réconcilier les objectifs traditionnels, qu’ils soient natalistes ou sociaux. Elle conduit à préconiser l’imposition individuelle des revenus et à transférer le coût implicite des réductions d’impôts à des investissements dans des crèches et dans la formation des assistantes maternelles. Elle suggère également une extension des congés de maternité et de paternité à l’instar des congés parentaux proposés en Suède ou en Allemagne. Ces congés, plus courts et potentiellement mieux rémunérés, viendraient en remplacement du Complément de libre choix d’activité.

Conclusion

Un engagement financier important du gouvernement en faveur des politiques familiales permet de soutenir la natalité et de ralentir le vieillissement de la population. Néanmoins, certaines politiques contribuent à renforcer les inégalités, que ce soit entre les familles ou entre les sexes. Les instruments qui permettent aux femmes de concilier leur vie professionnelle avec leur vie familiale sont plus efficaces que les autres car ils réduisent aussi les inégalités. La promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes ne doit cependant pas se cantonner à la politique familiale et doit, notamment, investir les politiques du marché du travail.

Bibliographie

J. Baxter et D. Smart (2011). Fathering in Australia Among Couple Families with Young Children. Australian Department of Families, Housing, Community Services and Indigenous Affairs, Occasional Paper No. 37

G. Becker (1960). An Economic Analysis of Fertility, in Demographic and Economic Change in Developed Countries. NBER

N. Blanpain (2006). Scolarisation et modes de garde des enfants âgés de 2 à 6 ans. Etudes et Résultats : 497. DREES

C. Carbonnier (2008). Spouse labor supply: fiscal incentive and income effect, evidence from French fully joint income tax system,” THEMA Working Papers 2008-20

Conseil d’Analyse Economique (2011). Evaluation des politiques publiques. Les Notes du CAE n°1

Cour des Comptes (2013). Le financement de la branche famille

M. Godet (2011). Repenser la politique familiale. Institut Montaigne

D. Goux et E. Maurin (2010). Public school availability for two-year olds and mothers’ labour supply. Labour Economics 17 (6), pages 951-962

C. Landais (2003). Le quotient familial a-t-il stimulé la natalité française ?, Economie Publique 13, pages 3-31.

C. Landais, A. Bozio et G. Fack (2008). Politique familiale et droits familiaux de retraite.

G. Laroque et B. Salanié (2008). Does Fertility Respond to Financial Incentives?, CESifo Working Paper Series 2339

G. Laroque et B. Salanié (2013). Identifying the Response of Fertility to Financial Incentives. A paraître au Journal of Applied Econometrics.

M. Mazuy, M. Barbieri et H. d’Albis (2013). L’évolution démographique récente en France : La fécondité est stable. Population 3.

A. Miller (2009). Motherhood Delay and the Human Capital of the Next Generation. American Economic Review 99(2), pages 154-158

A. Miller (2011). The effects of motherhood timing on career path. Journal of Population Economics, 24(3), pages 1071-1100

J. Moschion (2009). Offre de travail des mères en France : l’effet causal du passage de deux à trois enfants. Économie et Statistique 422(1), pages 51-78

J. Moschion (2010). Reconciling Work and Family Life: The Effect of the French Paid Parental Leave. Annales d’Economie et de Statistique 99-100, pages 217-246

J. Moschion (2012). Concilier vie familiale et vie professionnelle. L’effet de la préscolarisation. Revue économique 63 (2), pages 187-214

T. Piketty (2005). L’impact de l’allocation parentale d’éducation sur l’activité féminine et la fécondité en France, 1982-2002, in Lefèvre C. (Ed.): Histoires de familles, histoires familiales, Les Cahiers de l’INED 156, pages 79-109.

Terra Nova (2011). Politique familiale : D’une stratégie de répartition à une stratégie d’investissement social

O. Thévenon (2009). Does Fertility Respond to Work and Family-life Reconciliation Policies in France? Dans Noriyuki Takayama and Martin Werding : Fertility and Public Policy: How To Reverse the Trend of Declining Birth Rates, Cambridge MA and London UK: MIT-Press, chapitre 10.

O. Thévenon et A. Luci (2012). Reconciling Work, Family and Child Outcomes: What Implications for Family Support Policies? Population Research and Policy Review 31 (6), pages 855-882

O. Thévenon et A. Luci-Greulich (2013). The impact of family policy packages on fertility trends in developed countries. European Journal of Population 29 (2)

Source de l’article :

H. d’Albis, A. Greulich (2013) : « Pour une politique familiale efficace »,  Problèmes Economiques, Dossier Journées de l’Economie de Lyon 2013 (JECO), pp. 53-59. télécharger le pdf ici

Posted in German & French articles | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment